Découvrez les actus Alkemics

par Aude Chardenon8 juin 20210 commentaires

Produits locaux, made in France… Les nouvelles préoccupations des e-shoppers

La crise a renforcé des tendances de consommation déjà pressenties. Plus durables, plus locaux, plus responsables, les achats des consommateurs révèlent des préoccupations qui vont bien au-delà de la crise sanitaire que nous avons vécue et que nous traversons encore. Ces tendances de fond vers une consommation plus responsable et plus durable se matérialisent désormais dès la recherche d’information d’un produit, notamment sur Internet.

Quand on interroge les consommateurs, on voit nettement que la crise sanitaire a pour effet de confirmer certaines préoccupations. L’envie de consommer des produits locaux, issus de circuits courts, et estampillés “made in France”, prend de l’ampleur, comme en témoignent de nombreuses études. 

Il est désormais essentiel de pouvoir répondre à ces attentes. Face à l’engouement des consommateurs pour la production locale, les circuits courts ou encore le bio et également leur appétence envers les applications d’informations nutritionnelles. On peut également noter un regain des consommateurs pour les commerces de proximité, confirmant le besoin de resserrer des liens avec son environnement proche dans un contexte d’incertitudes au niveau mondial.

Cette forte demande de lisibilité et de transparence mesurée par Alkemics bien avant la crise du Covid-19 : en 2019, une étude réalisée par Opinionway* révélait que 83% des consommateurs français s’informaient sur un produit avant de l’acheter. Encore plus significatif pour le monde de la grande consommation : plus d’un Français sur deux a déjà renoncé à un achat à cause d’un manque d’information sur un produit alimentaire. 

La qualité de la donnée produit passe en premier lieu par des photos de bonne qualité, qui donnent envie à l’internaute d’acheter, tout en fournissant les informations essentielles telles que la composition, la présence ou non d’allergène, la visibilité amplifiée du grammage, du volume, du libellé… Toutes ces informations permettent en premier lieu une meilleure lecture par le consommateur tandis que leur standardisation se révèle extrêmement précieuse pour l’e-commerçant qui doit veiller à l’optimisation des moteurs de recherche de son site. 

Mais on le sait, si ces nouveaux comportements d’achat s’inscrivent dans des tendances de fond – selon Accenture**, 95% des consommateurs qui ont apporté au moins un changement à leur mode de vie espèrent que celui-ci sera permanent -, ils sont amenés à évoluer sans cesse. Ainsi, la lutte contre le gaspillage alimentaire est une préoccupation croissante chez les consommateurs mais aussi chez les entreprises : on pense aux distributeurs français qui sont soumis à la loi Garot interdisant entre autres de jeter les invendus alimentaires.

Certaines informations, comme la durée de vie du produit, ou une date restante idéale, permettent ainsi aux consommateurs de recevoir lors d’une commande en ligne une référence dont la date de consommation est suffisamment large pour qu’il ne soit pas obligé de la consommer rapidement… ou de la jeter. C’est ce que met notamment en place le Groupe Casino via sa filiale O’Commerce/O’Logistique, spécialisée dans la préparation et la livraison des commandes en ligne.

Autre initiative qui fait peu à peu son apparition : l’Eco-Score, ce nouvel indicateur permettant d’évaluer l’impact environnemental des produits alimentaires.

Ce sujet, dont s’emparent progressivement industriels et distributeurs, prendra de plus en plus d’ampleur dans les mois qui viennent. 

*Etude OpinionWay pour Alkemics « Les Français et la transparence sur les produits alimentaires »
**Etude SAP/Accenture 2020 Les (vraies) priorités des consommateurs post-confinement