Découvrez les actus Alkemics

Article "La France a au moins cinq ans de retard sur l'e-pharmacie"

par Claire Boisseau22 mars 20180 commentaires

3 Questions à Mike Vandenhooft, Cofondateur de Newpharma

LSA : Pouvez-vous nous présenter Newpharma ?
Mike Vandenhooft- Fondé en 2008, Newpharma est un site marchand spécialisé dans les produits de parapharmacie et les médicaments (30 000 références), en croissance depuis sa création (46 millions d’euros de CA en 2016). Nous sommes belges, mais réalisons un tiers de nos ventes en France. Nous avons été le premier site à y vendre des médicaments. Toutefois, nos clients achètent surtout des produits de parapharmacie, qui représentent 80% de notre business.

LSA : Quelles sont les particularités des Français ?
M. V.- Il est très attentif au prix mais aussi à la qualité du service. Si on annonce une promesse client, il faut vraiment la respecter. Il est aussi moins fidèle que son homologue belge. Beaucoup de Français, bien plus que les Belges, font des recherches pour du Viagra ou du Cialis sur notre site. Ils n’ont pas encore compris que les médicaments sur prescription ne sont pas vendus en ligne.

LSA : Quelle vision portez-vous sur l’e-pharmacie en France ? 
M. V.- La France a au moins cinq ans de retard. C’est historique. Elle a attendu le dernier moment pour publier les décrets d’application de la directive européenne. De plus, la législation française reste très restrictive, bien plus que celle à laquelle nous sommes soumis en Belgique. Mais nous avons nous-même plus de contraintes que les Pays-Bas, par exemple. Nous militons évidemment pour une harmonisation. En France, la part de marché de l’e-commerce sur ce type de produits est entre 2 et 4%, alors qu’en Allemagne, elle se situe entre 15 et 20%. Il y a donc un fort potentiel de développement et de la place pour les différents acteurs.

Propos recueillis par Mirabelle BELLOIR
Article LSA du 24 Août 2017