Alkemics Academy

par Aude Chardenon30 novembre 20210 commentaires

Données produit et commerce : et l’e-commerce apparut…

L’information produit est au cœur du commerce. En ligne, en magasin, c’est le premier point de contact entre un consommateur et un produit, bien avant l’achat. La collecte de ces données, leur qualité mais aussi la prise en compte de leur évolution, notamment au regard des nouvelles exigences des consommateurs, relèvent de la responsabilité de tous, que l’on soit distributeur ou fournisseur. Mais qui est le mieux placé pour garantir une donnée fiable, précise, enrichie ? Le fournisseur.

Alors que dans les années 2000, Internet commence à se développer dans les foyers français (et dans le monde), personne n’est alors en mesure de prédire à quel point ce nouveau protocole (et le haut débit !) va révolutionner le commerce et inventer une nouvelle façon de vendre et d’acheter des produits. 

Aujourd’hui, en France, on compte environ 200 000 sites e-commerce, pour plus de 100 milliards d’euros et près de 2 milliards de transactions selon les chiffres de la Fevad publiés en 2020*. 

Distribution, marketplace, Direct-to-consumer : à chaque fournisseur sa stratégie

Derrière ces indicateurs – boostés en 2020, en grande partie à cause de la pandémie de Covid-19 – se cachent des milliers de marques et de fournisseurs qui ont appris, ces vingt dernières années, à commercialiser leurs références sur Internet. En passant par la distribution, généraliste ou spécialisée ; en faisant le pari des marketplaces, un modèle popularisé notamment par Amazon ; en choisissant parfois la voie du direct-to-consumer (ou DtoC) et en se passant d’intermédiaires ; et même pour certains en optant pour le social commerce, la vente via les réseaux sociaux. Point commun de ces commerçants : s’être appliquée à monter dans le train de la révolution numérique. 

Alimentaire, textile, cosmétique, bricolage… Peut-on citer une catégorie de produits qui a échappé au tourbillon de l’e-commerce ? La réponse est non. Même une baguette de pain peut être aujourd’hui commandée en ligne par un consommateur auprès de son boulanger favori.

L’enrichissement de la donnée prduit au coeur du commerce 

Si la diversité des produits, des acteurs et des canaux de distribution est infinie, un point commun relie l’ensemble de cet écosystème : la donnée produit. Sur Internet, la donnée produit est le premier contact entre le consommateur et le produit, bien avant le produit lui-même ! La donnée produit, c’est-à-dire l’information et le contenu qui lui sont spécifiques, c’est la première interaction entre le consommateur et un produit : un nom, une image, un poids, une composition. Désormais, cette information s’enrichit, comme avec le Nutriscore.

Cette interaction, rappelons-le, n’est pas spécifique au canal digital : elle a également lieu lorsque le consommateur ouvre un prospectus, ou saisit en rayon un produit pour vérifier qu’il ne contient pas certains allergènes. Imaginez un paquet sans information. C’est impossible.

Et si l’omnicanalité a dans un premier temps complexifié la diffusion et la mise à jour de ces informations, les acteurs de la grande consommation qui se sont engagés dans la digitalisation et l’automatisation de la gestion de leurs données produits peuvent désormais être sereins. Avec une plateforme comme Alkemics, l’ajout d’un canal de vente, d’un label, la modification d’une image ou d’une recette est simple et rapide.

Même les produits frais, comme les fruits et légumes vendus au poids, sont dotés, à leur pesée, d’une étiquette regorgeant d’une mine d’informations : le nom du produit (tomate) et sa variété (coeur de boeuf), d’autres attribut éventuels (bio, calibre…), le poids du sachet et enfin le prix calculé par la balance. 

On voit bien l’intérêt de fournir au consommateur des informations sur les produits alimentaires qu’il souhaite acheter. Visibles sur les étiquettes et packagings, ces informations doivent être accessibles en ligne également et c’est ce qu’exige la réglementation européenne : le consommateur doit accéder au même niveau d’information, qu’il achète en ligne ou en magasin. 

Alkemics Academy vise à revenir sur certains prérequis liés à ces informations. Que disent les réglementations française et européenne, et sont-elles susceptibles d’évoluer ? Pourquoi la qualité de la data produit est-elle devenue indispensable ? Est-ce le distributeur qui, soucieux de disposer d’un référentiel sur l’ensemble de la chaîne, a progressivement relevé les standards de la qualité de la donnée ? Ou le consommateur, qui a fait évoluer ses niveaux d’exigence et qui refuse aujourd’hui d’acheter un produit s’il estime que l’information est incomplète ? En 2019, une étude Opinionway pour Alkemics révélait déjà que plus d’un Français sur deux avait déjà renoncé à un achat à cause d’un manque d’information sur un produit alimentaire**. 

Le sujet vous intéresse ?

Vous pouvez consulter nos articles sur La législation en vigueur en matière de données produitL’évolution des données produit | Les bénéfices d’une plateforme collaborative.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site d’Alkemics Academy, qui propose des contenus éducatifs adaptés à tous vos besoins pour enrichir vos compétences et connaissances, et gagner en efficacité et rapidité.

*Fédération des Entreprises de Vente à Distance

**Sondage OpinionWay pour Alkemics étude réalisé du 17 au 18 avril 2019 sur un échantillon de 1057 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI.